Image default
Maladies

Le cancer des ovaires : une tumeur maligne redoutable

Notez cet article

En France, plus de 4 000 femmes développeront un cancer des ovaires à partir d’un certain âge. Les facteurs de risque et les symptômes varient d’une personne à une autre. Mais dans tous les cas, chaque patiente devra réaliser un diagnostic avant d’être prise en charge. Avec les dernières avancées dans le domaine médical, le traitement de cette tumeur a beaucoup évolué, réduisant ainsi le taux de mortalité et de récidive.

Les facteurs de risques et les symptômes du cancer ovarien

Le cancer des ovaires est la quatrième maladie la plus meurtrière chez le public féminin. Chaque année, il emporte près d’un millier de vies. En savoir plus sur le site Beljanski.

Toutes les femmes ne sont pas prédisposées à développer cette tumeur. En réalité, tout dépend de leurs comportements et bien sûr, des facteurs génétiques. Aussi appelés « facteurs internes », ces derniers concernent principalement celles qui présentent des alternances à deux gènes particuliers, BRCA1 et BRCA2. Ils sont connus pour augmenter considérablement les risques du développement du cancer des seins et ovarien. Quant aux causes externes, on peut citer la consommation excessive d’alcool, l’exposition aux rayons UV, l’obésité ou le contact avec certains produits chimiques.

En général, cette tumeur est asymptomatique. Les signes ne se montrent pas avant d’atteindre un stade important. Quelques indices devraient cependant encourager une femme à consulter rapidement un médecin, comme des saignements vaginaux anormaux, amaigrissement rapide et des pertes vaginales fréquentes. Par ailleurs, les symptômes des ovaires peuvent aussi se manifester par des douleurs abdominales ou une augmentation du volume de l’abdomen. Dans tous les cas, lorsqu’on constate certaines anormalités, il est préférable de prendre rendez-vous pour un dépistage.

Traiter le cancer des ovaires : le diagnostic et le plan de traitement possible

Le cancer des ovaires est malheureusement souvent décelé trop tard. Dans 80% des cas, les premiers symptômes se manifestent à partir de 50 ans. La patiente devra ensuite réaliser une série d’examens pour diagnostiquer la présence des tumeurs. Le diagnostic comprend une analyse sanguine, une échographie pelvienne et une biopsie. Le processus peut durer quelques mois.

Lorsque la maladie est détectée, la femme sera immédiatement prise en charge par les spécialistes. Ceux-ci élaboreront un plan de traitement adapté au stade du cancer. Si celui-ci est opérable dans l’état, la chirurgie reste un des moyens les plus efficaces pour limiter la propagation des cellules cancéreuses vers les différents organes. Si celle-ci est encore en grade 1, une opération consistant à retirer les deux ovaires, les trompes de Fallope et l’utérus peut suffire. On parle ici d’hystérectomie totale.

En cas de tumeur agressive, l’intervention chirurgicale sera accompagnée d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie. Mais le traitement du cancer ovarien ne cesse de connaitre des progrès. Aujourd’hui, d’autres approches sont en phase de développement pour réduire au maximum le taux de mortalité. D’ailleurs, pour limiter les risques de rechute, les patients peuvent, sous l’aval de leur médecin, faire une cure de gélules à base d’extraits naturels.

Leave a Comment