aromatherapy-style.fr
Image default
Vie Pratique

Comment faire le deuil d’un proche décédé du Covid-19 ?

Le coronavirus continue de faire de nombreuses victimes au quotidien. Or, comme la survenance de la plupart de ces décès est brusque, toutes les traditions funéraires s’en trouvent bouleversées. La question est donc de savoir de quelle manière faire le deuil d’un proche décédé du Covid-19.

Les phases du deuil

Les phases du deuil demeurent inchangées, peu importe que la personne soit décédée d’une mort naturelle ou du Covid-19. En général, le processus de deuil se déroule suivant les phases suivantes :

  • la phase d’annonce ou de choc ;
  • la phase de déni ou de refus ;
  • la phase d’acceptation ;
  • la phase de pardon ;
  • la phase de quête de sens.

La première phase a lieu quand on prend connaissance de la disparition du proche, elle constitue un véritable traumatisme. Quant à la phase de déni ou de refus, elle s’étend sur une longue période et s’avère très douloureuse sur le plan psychologique. Cette phase est encore plus marquée dans le cas d’une disparition brutale occasionnée par une pandémie telle que le Covid-19. À la phase d’acceptation, on se débarrasse de sa mélancolie, en prenant conscience que la personne défunte souhaiterait certainement que l’on poursuive le cours normal de sa vie. La phase d’acceptation apparaît ainsi comme une phase de résilience ouvrant la porte à la reconstruction de l’individu affecté par la disparition d’un proche. À la phase de pardon, non seulement, pardonne-t-on au monde extérieur, mais aussi se pardonne-t-on soi-même d’être resté impuissant face aux événements dramatiques. Enfin, intervient la phase de quête de sens. Durant cette dernière étape du deuil, on a l’impression de remonter la pente et on commence par aborder avec quiétude l’avenir.

Comment faire le deuil sans voir le corps ?

Nombreux sont les individus ayant déploré la perte subite d’un proche du fait du Covid-19. Surtout, ils n’ont pas eu le temps de lui faire leurs adieux et ils n’ont même pas eu la possibilité de se recueillir. En effet, voir le corps d’un proche emporté par la pandémie est particulièrement compliqué notamment dans les Ehpad.

Or, on sait que sans confrontation avec le corps de la personne disparue, il est extrêmement difficile pour ses proches de faire son deuil. Dans le cas où vous n’auriez pas la possibilité de voir le corps, il est encore possible de demander soit une photo, soit une vidéo du défunt, de son cercueil ou encore de sa mise en bière. Pour ce faire, il suffit de se concerter avec l’équipe de soignants et le personnel funéraire. Vous n’aurez aucune difficulté à voir votre requête aboutir en vous adressant aux pompes funèbres Clair Obsèques.

Quel est le nombre de personnes maximum pour un enterrement ?

Il est possible pour les établissements de culte et les cimetières d’accueillir du public. Cependant, le décret du 11 mai 2020 portant sur les règles à appliquer en pleine pandémie de coronavirus, limite le nombre de personnes. Ainsi, seulement 20 individus peuvent présentement prendre part à un enterrement. À noter que ce nombre inclut les employés des pompes funèbres. Bien entendu, il est indispensable de respecter scrupuleusement les mesures imposées par les pouvoirs publics pour un enterrement après le confinement.

A lire aussi

Soins de visage pour peau sèche, comment sublimer votre épiderme ?

Journal

Les avantages de souscrire une assurance santé

Claude

Organiser des obsèques à Lyon : Quelle procédure faut-il suivre ?

administrateur

Comment lutter contre les poux efficacement ?

Journal

Quand entrer en maison de retraite

Journal

E-liquides : et si vous faisiez le choix des arômes naturels pour votre vapoteuse ?

administrateur